Plein Champ OFF

Vincent Grossin derrière l’objectif

Comme le festival d’Avignon, Plein Champ possède aussi son « off », à la différence près, c’est qu’il est permanent. En effet disséminées çà et là, de nombreuses Fresques murales sont visibles dans l’agglomération Mancelle.

Si certaines nous sont familières tant elles s’offrent à notre regard, d’autres se font plus discrètes voire confidentielles, pas forcément par leurs dimensions, mais de part leur emplacement. C’est le cas pour celles présentes dans des cours d’écoles, des lieux non propices à être vus sans avoir connaissance de leur existence à moins d’être résident du quartier, ou d’autres encore pour lesquelles on n’a pas accès en dehors d’heures d’ouvertures des bâtiments dans lesquelles elles sont situées.

Les fresques de grandes dimensions sont à l’initiative de la ville du Mans, dont parmi les dernières réalisées : la maison de quartier Pierre-Guédou par ADL et Lapin blanc, le pignon en bord de Sarthe rue Gambetta par Louyz et la fresque murale de Mojitofraise sur l’ancienne maternité de l’hôpital.

D’autres œuvres picturales relèvent d’initiatives participatives, notamment avec des établissements scolaires où, pour certaines, les élèves ont travaillé conjointement avec les street-artistes, mais aussi de projets collaboratifs avec les Manceaux, projets qui rentrent dans le cadre du budget participatif de la ville du Mans. 

Néanmoins, des démarches personnelles demeurent car certaines occupent tout simplement des murs qui n’attendaient peut-être que cela avant une future démolition, et une autre, d’ordre privée cette fois, qui a été faite à la demande d’un commerçant sur le rideau métallique de son magasin ; sans oublier l’omniprésence d’artistes locaux comme Tian, Mojitofraise, Lapin blanc ou Kar Le Gou.

Longtemps considéré comme du vandalisme, car les bâtiments publics servaient de support, le graff s’est, ces dernières années, « désolidarisé » du tag. Il a gagné ses lettres de noblesse tant aux yeux du monde de l’art que du grand public, car il est de plus en plus souvent fait dans un cadre légal. De même, il touche de plus en plus de gens avec la diversité des œuvres proposées et des styles et techniques employés. 

Et au final, cet ensemble de fresques murales contribue à l’embellissement des quartiers, et rend la ville plus ancrée dans le courant d’art actuel que sont le graff et le street art.

crédit ©Vincent Grossin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :